AccueilFAQRechercherS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Ann-Elizabeth Williams



« Les Pros du Pinceau !! »
« Les Pros du Pinceau !! »


Féminin ♦ Age du Joueur : 24
♦ Messages : 61
♦ Inscrit le : 18/09/2010
♦ Exp : 2325


•• m y s e l f ••
♦ Pouvoir: Rêve
♦ Pièces d'Or: 40
♦ Relations:

MessageSujet: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Dim 19 Sep - 23:13

Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses.


Et toutes ces lumières qui nous y mènent sont aveuglantes. [ PV Iburo ]


    Il ferrait bientôt nuit, le soleil se couchait déjà pour laisser place à un crépuscule faiblement étoilé et obscur. Le vent était froid, glacial même. Il était aussi vif et acérer que des lames de rasoirs. À lui tout seul, il était sans doute le seul inconvénient de cette nuit sans lune. Dehors, régnait une ambiance écarlate, morbide et terrifiante. Elle était teintée de vitriol, comme pour asphyxier le moindre sentiment de culpabilité. Une culpabilité qui se voulait sans borne et sans limite. Cette infection du cœur avait pour conséquence une infâme sensation de déséquilibre et d’irrationnel. Elle voulait prouver à celui où à celle qui avait commis un acte irréparable qu’elle était capable de les faire sentir tout aussi médiocre et brisé. Quelle vengeance absurde c’était, car commettre l’irréparable pouvait être évitable. Il suffisait simplement d’y resonger une dernière fois, mais imbiber de somnolence, Ann-Elie n’avait plus toute sa tête.

    « Mais jamais je n'ai jamais eu le moindre doute. »

    Ann-Elie marchait depuis si longtemps maintenant et pourtant, le temps refusait d’avancer. C’était comme si la chanson qui jouait dans sa tête avait été mise sur ‘Repeat’ pour ne pas qu’elle oublie, mais elle avait bel et bien oublié. Sa tête était enrubannée de brume et de nuages. Petite Fleur de Lys ne savait plus ce qu’elle avait fait, ni même pourquoi elle l’avait fait. C’était impossible qu’elle puisse avoir commis un quelconque crime, elle qui est si douce et paisible normalement. Ce n’est qu’en regardant ses mains qu’elle prit réellement peur. Ses mains étaient maculées de taches brunes et sèches et partout sur sa robe coulait un liquide vicié qui ressemblait tant à de l’hémoglobine. Elle se palpa de corps jusque dans les moindres recoins pour constater avec horreur que ce n’était pas son propre sang, mais bien celui d’un autre. Son visage se crispa.

    « Il me semble, il me semble que… »

    Ann-Elie fut prise d’un brusque vertige et tomba au sol, près d’un vieux Saule. Elle tenta de se ressaisir, mais rien ni faisait. Fleur de Lys était effrayée par sa propre personne et c’était peu dire. Elle avait beau essayé de frotter le sang sur ses doigts, il y était toujours et avait bien l’intention d’y rester. Souhaitant de ne pas se faire remarquer, Ann-Elie se terra au fond du tronc, adossé contre l’écorce rugueuse et inconfortable. Une trainée de sang reposait sur l’herbe, tout près d’elle.





Dernière édition par Ann-Elizabeth Williams le Mer 22 Sep - 0:46, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Iburo



« Dragonne veuve et paranoïaque »
« Dragonne veuve et paranoïaque »


Féminin ♦ Age du Joueur : 27
♦ Messages : 117
♦ Inscrit le : 15/09/2010
♦ Exp : 2326


•• m y s e l f ••
♦ Pouvoir: Métamorphose
♦ Pièces d'Or: 40
♦ Relations:

MessageSujet: Re: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Lun 20 Sep - 0:42

Ne m'approche pas...


C'est un Conseil...

    « Shhhhhhhhhh»


Une ombre passa sur le sol de la clairière non loin de la forêt dense et dangereuse. Comme à l'accoutumée, j'ondulais dans le ciel à la recherche d'une nouvelle proie à abattre, pour obtenir peut-être, enfin, la paix dans mon coeur tourmenté. Quand donc cesserait ma tourmente ? Quand donc ces sinistres visions quitteraient-elles mes rêves, quand donc les hurlements de ces hommes et femmes que j'avais volontairement et violemment massacrés arrêteraient-ils de m'assourdir l'esprit ? Quand donc pourrai-je enfin pardonner à tous ces êtres la mort de mon défunt amour ? Jamais.
La mort m'emporterait si je venais à faillir à cette mission que je m'étais fixée. Tous les chasseurs devaient mourir ! Je les haissais ! "Qu'ils crèvent comme ils ont fait crever Zanack !" C'était un être parfait, et s'il avait été humain, il aurait été sans aucun doute ma moitié ! Cela faisait dix ans que je tendais à le venger, et j'ignore bien ce qui pouvait m'empêcher d'aller plus loin dans ma quête.
Dans un sens, j'espèrais que personne ne viendrait troubler cet ordre que j'avais instauré. Mais une part de moi-même savait que ce n'était pas ce qu'il voulait.

    « Zanack...»
dis-je dans un soupir qui alla se perdre dans le vent.

Soudain, une odeur. Familière. Une odeur de peur, de mort. Du sang ! Aussitôt, mes sens furent attirés par cette odeur ; je ne pouvais pas lutter, j'étais trop faible. C'est alors que je me laissai transporter jusqu'à l'origine de l'odeur. Il n'y avait personne.
C'était un sentier emprunté par les âmes inconscientes ou perdues. Impossible que cela fut un chasseur ; ou bien un inexpérimenté. Une excellente proie, un bon casse-croute. Et un nouveau martyr ! Que demander de plus ?

Je reniflai le sol. L'odeur était fraîche. S'il y avait une personne, elle n'était pas loin. Les effluve douces et merveilleuses que sont celles de la douleur me montèreent au cerveau. Dans une dernière inspiration, je levai légèrement la tête et remarquai, à peine quelques enjambées plus loin, entre les troncs d'arbre, rassemblées comme une micro-guilde, des petites gouttes d'un sang que je perçus comme arrivées là malencontreusement, et récemment. Je m'approchai.
Mon museau s'approcha des gouttes, les effleura, les toucha, les caressa ; leur nature aqueuse les colla entre mes narines, et j'eus tôt fait de sortir ma langue bleue-mauve pour avoir connaissance de leur goût. Comme le reste : Délicieuses !
Qui était donc le possesseur de ces pauvres petites goutes perdues ?

Dans un silence absolu, je recherchai lentement autour de moi pour savoir qui pouvait bien traîner dans les parages, savoir si c'était une bonne proie. Savoir si ça ferait un bon repas.
Puis je vis derrière moi, alors que je ne l'avais même pas remarqué, un tronc d'arbre desséché et creux dans lequel se trouvait une jeune fille aux cheveux roses... Dormait-elle, cette jeune fille ? Etait-elle encore en vie ? Etait-elle une chasseresse ?
Pour le savoir, je demandai :

    « Qui es-tu, adorable chair fraîche ? Et quelle est ton âme ? »


Dernière édition par Iburo le Mer 22 Sep - 16:31, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
http://eteshi-war.forumactif.org
Ann-Elizabeth Williams



« Les Pros du Pinceau !! »
« Les Pros du Pinceau !! »


Féminin ♦ Age du Joueur : 24
♦ Messages : 61
♦ Inscrit le : 18/09/2010
♦ Exp : 2325


•• m y s e l f ••
♦ Pouvoir: Rêve
♦ Pièces d'Or: 40
♦ Relations:

MessageSujet: Re: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Mer 22 Sep - 0:44

Et tout ce sang qui t'amène à moi est vicier.

    Sinistre nuit, pleine de silences qui craquent dans le noir où les remords amassent des mythes effrayants. Les entrailles de la conscience qui se dévident à l’infini; c’est l’extase immédiate; attendant qu’un cœur flétri vienne en prendre la place. Voilà une nuit où les chimères discutent avec le diable au sourire d’ange. Une trainée de sang pour accompagner cette nuit anodine, pour faire frémir les mystérieux et pour souillé la pensée. Puisqu’une nuit sans lune ne vient jamais sans une lune et parce que la terreur ne vient jamais sans la peur. Puis un soupir épeurant perçait les branchages du vieil arbre dépérit. L’odeur de la mort était là, surplombant la jeune fille qui se démenait pour retirer sa souillure écarlate et sèche.

    « Jamais cette odeur ne me quittera finalement… »

    Entiché entre ses côtes, une sagesse qui savait mieux qu’elle que toute cette sensation de terreur lui procurait une jouissance absolue. Parce qu’au fond de chaque être humain se trouve une idée qui frôle la perversion du crime, la limite du tolérer et de l’impossible. Au final, notre perte n’est causée que par notre innocence et notre vulnérabilité du monde. Ann-Elie savourait intimement le moment où elle reverrait cet homme pour lui arracher le cœur d’inappétence. Il claquerait son indifférence et tirerait sa révérence pour mieux s’extirper de son âme, pour qu’elle puisse enfin vivre condescendante.

    « J'ai encore son odeur sur les doigts et la trace éphémère des siens sur mon dos. »

    Elle se forçait tant à se souvenir qu’elle n’entendait point les craquements environnant qui se faisaient de plus en plus aigus, proches. C’était comme si ses tympans refusaient d’entendre le reste du monde pour se concentrer sur une seule et unique chose et pour cause, tout son esprit était centré sur cette étrange rencontre sanguinaire. Le danger la guettait à coup sûr, mais rien n’y faisait. Lorsqu’elle se concentrait sur quelque chose, plus rien ne la faisait dévié de sa route. C’était exactement ainsi, quand elle jouait dans ses fleurs. Ses si jolies fleurs. Elle y songeait souvent d’ailleurs, à ses fleurs. Ann-Elie envisageait souvent la possibilité que si elle ne c’était pas entièrement consacré aux fleurs, elle serait sans doute aujourd’hui, une sorcière mal-aimé et assoiffé de victimes. Ce fut en quel que sorte une échappatoire victorieuse pour elle, car aujourd’hui elle était devenue une sorcière distinguée et apprécié. Fleur de Lys se refusait toujours à admettre qu’elle avait commis un drame cette nuit…

    « QUI ES-TU, ADORABLE CHAIR FRAICHE ? ET QUELLE EST TON AME ? »

    La voix avait résonné suffisamment fort pour extirpé Ann-Elie de ses pensées exécrables et malhonnête. Elle se contenta seulement de relever la tête vers son interlocutrice. Essayant de cacher sa curiosité, elle détourna le regard vers la gauche pour fixer faiblement un champ de blé qui frémissait au vent. La jeune femme avait un teint anormale, bleuter et souligner de lignes continues jaunes. Était-ce simplement du maquillage ou une créature tout droit sortie de l’ombre pour l’engouffrer dans son antre ténébreux ? Un mystère vint brouillarder son esprit. Devait-elle avoir peur, s’enfuir très loin ou simplement resté assise là, adossé contre son arbre ?

    « Une âme ? Je ne pense pas avoir une… Disait Ann-Elie, perplexe par la nature de la question et par la réponse elle-même ; Que signifient les traces sur ta peau ?


Revenir en haut Aller en bas
Iburo



« Dragonne veuve et paranoïaque »
« Dragonne veuve et paranoïaque »


Féminin ♦ Age du Joueur : 27
♦ Messages : 117
♦ Inscrit le : 15/09/2010
♦ Exp : 2326


•• m y s e l f ••
♦ Pouvoir: Métamorphose
♦ Pièces d'Or: 40
♦ Relations:

MessageSujet: Re: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Lun 4 Oct - 15:05

[HRP]Rah désolée d'avoir posté assez tard, et quelque chose de pas terrible terrible !
Par contre, j'aurais du le noter dans mob premier post (même si je pensais que c'était assez logique puisque je dis que je vole), je suis sous ma forme de dragon ^^^
J'ai adoré ta réponse au fait ^^^
J'espère que malgré sa taille médiocre, la mienne te plaira quand même !
Bon courage ^^^[/HRP]




Étrangement, au lieu de hurler à tout va de colère, comme j’en avais eu l’habitude, au lieu de me faire voir sous le jour de cette bête sans cœur, sous ce regard presque absent que me rendait cette demoiselle au mien presque glacial, cet air si décontracté qu’elle adoptait, gardant sa position de faiblesse sans s’en soucier le moins du monde, recroquevillée sur elle-même au creux de ce tronc sec qui ne lui offrait qu’une vulgaire protection contre le vent, au lieu de rester ce que je suis, ce que j’ai souvent montré face aux autres, je décidai de faire une trêve.
Surprise moi-même face à cette réaction à laquelle je ne suis pas habituée, ni préparée, je laissai mon corps long et filiforme s’enrouler autour de l’arbre comme un serpent autour de sa proie, et ma tête vint tendrement se poser sur l’ouverture qu’offrait le tronc à l’extérieur.

Tout en faisant cela, je réfléchissais à ce qu’elle avait bien pu dire par « je ne crois pas avoir une âme »… mais elle venait déjà de me poser une question à laquelle je devrai répondre avant de reprendre. C’était une question qui n’avait pour moi aucun sens. Je me mis à rire, dévoilant ainsi mes dents étincelantes à la lumière de l’astre nocturne. Mes marques ? Elles ne signifiaient rien du tout, ce n’était que de vulgaires marques ; ma seule réponse fut méchante et froide malgré l’ironie gentille qui se faisait timidement sentir :

« Quelle est la signification de tes sourcils et de tes cheveux ? »

Je réfléchis à ce que je venais de dire ; en réalité, je ne m’étais jamais posé la question… peut-être avaient-elles un sens, après tout… si c’était le cas, je l’ignorais totalement. Et c’était le cadet de mes soucis !
Je revins sur ma première phrase :

« Par ‘Qui es-tu’, je demandais ton nom. »

Evidemment, je me suis jurée – sur l’Honneur – de ne jamais manger une proie sans nom. Comme pour que son souvenir persiste à travers ma mémoire même si je l’avais réduite à l’état de charpie. Bien entendu, personne ne sait que c’est pour cette raison que, parfois, je me plais à prendre un certain temps avant de tuer un ennemi.

« Et par ‘âme’, je demandais à savoir si tu étais chasseresse. »

Malheureusement pour elle, la pauvre petite créature n’avait qu’à dire un mot pour sceller son destin. Elle ne semblait pas me connaître, puisqu’elle m’avait demandé ce que signifiaient mes marques, et si elle donnait son nom alors qu’elle faisait partie des Chasseurs, elle n’avait plus très longtemps à vivre… malheureusement pour elle, mais heureusement pour moi ! J’avais une faim d’enfer !
Revenir en haut Aller en bas
http://eteshi-war.forumactif.org
Ann-Elizabeth Williams



« Les Pros du Pinceau !! »
« Les Pros du Pinceau !! »


Féminin ♦ Age du Joueur : 24
♦ Messages : 61
♦ Inscrit le : 18/09/2010
♦ Exp : 2325


•• m y s e l f ••
♦ Pouvoir: Rêve
♦ Pièces d'Or: 40
♦ Relations:

MessageSujet: Re: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Sam 20 Nov - 20:10


    [ HRP ] J'ai mis un temps fou. Je sais, je suis nulle. Je m'en veux terriblement. Tu as droit de me lancer des assiettes. <3 [ HRP ]


    L’ambiance était froide et sèche. Les mots que l’étrange bête prononçait étaient aussi tranchants qu’une lame de miroir brisé. Ann-Elie fit doucement abstraction de sa remarque quel que peu désagréable traitant de ses sourcils et de ses cheveux. Elle trouvait inutile de rallumer la mèche encore plus. Le regard jaune du Dragon lui donna un frisson dans le dos. Il l’a regardait avec appétit et intérêt. Sans vraiment qu’elle puisse s’en rendre compte, la sombre bête avait fait quelques pas vers elle et Ann-Elie pouvait même entendre son cœur battre à un rythme rapide et saccadé. Un souffle chaud lui parcourra soudainement le visage ;

    « Par ‘Qui es-tu’, je demandais ton nom. »

    Évidemment qu’elle avait compris, mais était-elle réellement obligé de répondre à cette question. Une âme vaux beaucoup plus qu’un simple prénom ridicule. Et de toute manière, pour qu’elle raison lui aurait-elle donné son prénom ? Ce n’est qu’un vulgaire inconnu qui se donne des grands airs en étant Dragon.

    « Et par ‘âme’, je demandais à savoir si tu étais chasseresse. »

    Chasseresse ? Avait-elle l’aire d’une Chasseresse, d’une meurtrière ? Bien au contraire. Ann-Elie était tout simplement incapable de tuer. Elle considérait le sang rouge comme étant vicier, une exécration.

    - Je ne te dirai pas mon nom. C’est inutile.

    C’était terriblement inutile. Qui pouvait la croire, elle pourrait très bien mentir et se prétendre être la Reine de Teresys puis se donné les caprices de celle-ci. C’était beaucoup trop facile à faire puisque le mensonge est chose banale dans ce bas monde.

    - Je peux voir tes pensées, tes rêves. Je suis une sorcière de sang pure.

    Était-ce rare, une sorcière de sang pure ? Peut-être pas. Enfin, elle ne s’en souciait pas beaucoup. Si la mort devait venir la chercher, alors au moins, elle pourra affirmer qu’elle n’a eu aucuns regrets. Tout simplement…

Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé









MessageSujet: Re: Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses   Aujourd'hui à 19:16

Revenir en haut Aller en bas
 

Et toutes ces routes qui t'y mènent sont sinueuses

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: Astileï in Teresys :: Routes - Forêts - Chemins-